Entre les lignes (revue 2 presse)

Mercredi 14 septembre 2011 3 14 /09 /Sep /2011 21:48

Ce n’est un secret pour personne : la Coupe du Monde de rugby a commencé ! C’est donc le moment idéal pour lire entre les lignes du magazine… Rugby 100% champions ! Ce choix n’est pas anodin mais reste dans la lignée des précédentes « revues de presse » qui consiste à vous faire (re)découvrir des magazines dédiés au(x) sport(s)… parfois même un peu loufoques. En préparation pour la prochaine édition, au choix : haltérophilie ? bodybuilding ? chasse ? golf ? vélo ? Bref, n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions.

 

Mais pour cette fois, plongez dans l’univers 100% rugby et rejoignez le centre de la mêlée ! Ça va faire mâle…

 

Présentation générale

Coupe du Monde oblige, c’est un numéro spécial que nous allons éplucher avec vous. Au programme : 65 pages de photos, reportages, enquêtes pour tout comprendre à cette fameuse Coupe du Monde. Alors, même si la Nouvelle-Zélande (où se déroule la compétition) est un pays lointain et que vous êtes à 1 000 lieues de vous y connaître en rugby (déjà, vous avez du mal à l’écrire correctement), feuilleter Rugby 100% champions ne relève pas pour autant du calvaire. Et en plus, cela nous permettra de suivre les conversations de nos amis fans de rugby et d’être incollables sur toutes les équipes en lice dans cette compétition, la France en tête ! Que nous réserve donc le numéro 5 de ce magazine trimestriel ?

 

 

Ce qu’on y apprend

Si l’on s’attend à un grand coup de la part des Néo-Zélandais, il n’en reste pas moins qu’ils ne seront pas les seuls à se battre pour le titre.

 

 

L’édito annonce la couleur : « tous n’auront qu’un objectif : faire chuter la terrible équipe néo-zélandaise pour pouvoir toucher le Graal rugbystique ». C’est dans cette logique que le magazine nous propose une présentation complète de chacune des équipes engagées.

 

 

Le dossier sur le XV de France nous dévoile une équipe de France qui « rêve de conquérir le monde ». Marc Lièvremont, le sélectionneur de l’équipe, annonce la couleur : « l’objectif n’est pas d’être préparé mais d’être champions du monde ». Le magazine joue, ensuite, les entremetteurs en nous présentant deux piliers du XV tricolore : Thierry Dusautoir et Maxime Médard. Suivent quelques pages de présentation des All Blacks et de Daniel Carter, « le guide des All Blacks »… qui a d’ailleurs plus un physique de playboy européen que de colosse néo-zélandais.

 

 

 

Pas de jaloux pour autant avec une double page consacrée au Tonga, Japon, Canada, Angleterre, Argentine, Ecosse, Roumanie, Géorgie, Australie, Irlande, Italie, USA, Russie, Afrique du Sud, Pays de Galles, Fidji, Samoa, Namibie. Et pour ne pas perdre une miette de la compétition, il y a même un calendrier complet ! A la fin de la lecture de ce magazine, vous aurez deux options : avoir envie d’épouser un rugbyman ou vous lever tôt pour suivre les matches de cette belle Coupe du Monde qui se déroule jusqu’au 23 octobre…

 

Les bons points

- de jolis posters nous réconcilient pour de bon avec le sport ! 10 méga posters exclusifs de rugbymen ultra baraqués… Il y a pire comme supplice. A accrocher au plus vite !

- et en plus de ça, on nous offre aussi 4 cartes postales. Pour raconter vos souvenirs de vacances aux copines ?

 

 

- des titres parfois inspirés comme celui concernant le Japon « le pays du soleil levant veut d’éveiller », ou bien pour la Russie « le rugby se lève à l’Est »… Comme quoi les journalistes sportifs se creusent aussi les méninges pour jouer (un peu) avec les mots de la langue française.

- le prix ! 4,95€ pour trois mois... Pas besoin d'avoir fait maths sup pour savoir que cela revient moins cher que d'acheter nos magazines féminins...

 

Les cartons rouges

- un style malgré tout très conventionnel et technique. Mais où sont les blagues de Toto ? Indiscutablement, Rugby 100% champions s’adresse à un (vrai) public amateur de rugby.

- si, pour vous, le rugby se résume au calendrier des Dieux du stade (vous n’avez raté aucune édition…), vous allez être déçues. Ici, pas de joueurs en tenue d’Adam… mais plutôt en maillots moulants (quand même) un peu boueux. Ça sent la testostérone à plein nez.

Par MariKo - Publié dans : Entre les lignes (revue 2 presse)
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Un pas en arrière

retouraccueil

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés