Publié par MariKo

Alors que l’élection présidentielle en France n’en finit plus, deux concurrents s’affrontent pour un sprint final. Si Monaco semble avoir réduit les espérances du PSG en poussière en Ligue 1, qu’en est-il de Marine Le Pen et Emmanuel Macron ? Qui de ces deux candidats décrochera le titre ? Ouvrons un débat sur un autre terrain ! Surentraînés, endurants et combatifs… et si nos hommes et femmes politiques étaient des sportifs de haut niveau ? Une enquête (pas vraiment) sérieuse menée baskets aux pieds…  

 

On nous le répète depuis notre plus tendre enfance : faire du sport, c’est bon pour la santé. Que ce soit pour perdre du poids, évacuer le stress ou encore par amour pour la compétition, le sport n’a jamais fait de mal à personne. Même les politiques s’y mettent !

 

Souvenez-vous du Président Sarkozy qui, à peine élu en 2007, s’élançait au bois de Boulogne pour un petit run… avec François Fillon.

 

 

Culte, non ? Mais l’ancien Président n’est pas le seul personnage politique à être bien dans ses baskets. Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire, Valérie Pécresse ou encore Manuel Valls s’entretiennent. Course, vélo, boxe… ou encore le tennis pour Laurent Fabius dans les années 80 et le ski pour Valéry Giscard d’Estaing à la grande époque. Quant à Benoît Hamon, s’il n’a pas transformé l’essai dans la course à la présidentielle, il aime jouer au rugby. Il fait d’ailleurs partie du XV parlementaire…

 

Crédit photo : L'internaute

Pour les autres, si l’on en croit Edouard Philippe, maire du Havre et député LR, « Alain Juppé nage », « François Baroin chasse », « François Fillon pilote ». Et la liste n’est pas exhaustive…

 

 

Quid de notre futur(e) président(e) ?

Si Emmanuel Macron a reçu le soutien des sportifs dans sa course à la présidence, est-il un amateur de sport pour autant ? Avec un nom de parti tel que « En marche », présumons que le candidat n’aime pas l’inactivité.

 

Quant à sa rivale, Marine Le Pen (à sa manière…) ne cache plus son intérêt pour la navigation…

 

Le sport comme soupape de décompression ?

A bien y réfléchir, il n’est pas étonnant de voir ces hommes et femmes engagés en politique se dépenser. Face au stress et au rythme soutenu qu’ils doivent tenir, le sport semble être un bon moyen pour décompresser. « Les politiques sont coachés comme des sportifs de haut niveau » affirme le psychiatre Patrick Légeron. « La règle d’or est d’adopter une hygiène de vie stricte, en ayant une alimentation saine et en pratiquant une activité physique régulière, le jogging ou la marche par exemple. »

 

A la manière des grands champions, les politiques ne sont pas tous égaux. Les meilleurs ont « le cuir épais » ajoute Patrick Légeron. « Ils sont plus résistants au stress que le commun des mortels. » N’est pas politique qui veut !

 

De la politique au sport… et inversement

Si les hommes politiques se montrent sportifs, il n’est pas rare non plus que les champions quittent les terrains pour se rapprocher du pouvoir. Pep Guardiola, actuel entraîneur de Manchester City, a tenté sa chance sur une liste pro-indépendance catalane. Le Roi Pelé est un des pionniers dans le genre. En France, le champion du monde et médaillé olympique, David Douillet, a quitté les tatamis pour embrasser une nouvelle carrière… en politique. Passé par le ministère des Sports, il est même devenu député. Guy Drut, Jean-François Lamour, Bernard Laporte, Chantal Jouanno ont, eux aussi, inscrits leur nom sur la liste des champions ayant dirigé ce ministère… avec plus ou moins de réussite !   

 

« No sport »

Impossible de terminer cet article, sans évoquer cette célèbre phrase de Winston Churchill. Quand on lui demande les raisons de sa bonne santé, il répond : « No sport ». Une philosophie de vie que François Hollande semble avoir adopté. Même s'il apprécie beaucoup le ballon rond... 

 

François Hollande ballon au pied lors d'un match de charité en 2008 (Reteurs/Charles Platiau)

 

Crédits photos : L'internaute / Getty images / RTL / France 3 / Slate / Reuters

 

Commenter cet article