Publié par MariKo

undefined


Quel point commun y a-t-il entre Victoria, Adriana ou Anne-Laure ? A priori, pas grand-chose. Si je vous dis que la première est chanteuse en quête de carrière, que la seconde aime qu’on la regarde dans les yeux et que la troisième porte le nom d’Ellissalde, cela vous dit peut-être quelque chose ? Je vois à votre regard perplexe mais néanmoins rempli de charme, que vous hésitez à vous avouer la réponse. Oui, vous avez raison, hormis le fait que les deux premières soient des bimbos, le point commun entre ces trois femmes, très différentes au demeurant, est l’amour pour le sport… ou plutôt pour les sportifs de renom… (NDLR : nous parlons bien évidemment de Victoria Beckham, d’Adriana Karembeu et d’Anne-Laure Ellissalde)
 
         Si l’on regarde de près, on s’aperçoit que la femme de sportif est une espèce à part. Elle est même le sujet d’études très poussées. J’en veux pour preuve la série « Femmes de footballeurs » qui décrypte de manière très sérieuse (!) la vie de ces femmes… Il existe différents styles que nous allons essayer d’analyser.
Tout d’abord, prenons le cas de la bimbo écervelée, aussi appelée dans certains cas « mannequin ». Cette catégorie est très répandue, surtout dans le milieu du football. Allez savoir pourquoi… (Entre nous, n’y voyez aucun affront pour ces femmes très très intelligentes, mais un footballeur professionnel, ça gagne nettement mieux sa vie qu’un joueur de criquet). En font partie par exemple, Victoria Beckham, Adriana Karembeu, Eva Longoria et d’autres anonymes, pour ne citer que quelques noms. Un bel homme, une belle femme… Ce magnifique tableau nous fait rêver. Imaginez un peu le décor : Monsieur Beckham (plus connu pour ses problèmes capillaires que pour ses exploits footballistiques) et Madame « Spice Girls sur le retour » sont à la maison, comme tous les couples d’aujourd’hui. Que font-ils tous les deux (à part des bébés… ils ont déjà trois garçons, et la rumeur court qu’il y en aurait un quatrième en route) ? Outre le fait de s’afficher tous les deux partout et tout le temps (on se demande quand Monsieur peut s’entraîner…), c’est l’idée du couple qui fait vendre. En effet, avant de rencontrer sa femme, Monsieur Beckham n’était qu’un très bon élément … mais, pour être une « star », il lui manquait ce côté showbiz que lui a apporté Victoria.            
Il est une évidence que le sport de haut niveau et le showbiz sont étroitement liés. Pourquoi ce phénomène est-il en constante évolution ? On assiste depuis quelques années à une « peopolisation » de la société. Des inconnus sont propulsés sur le devant de la scène. Leur vie privée est instrumentalisée par les médias. C’est le cas des anonymes issus de la téléréalité, mais les sportifs n’échappent pas à ce phénomène. Au même titre que les actrices ou les mannequins dans les années 90, le sportif est devenu un sujet qui fait vendre. On l’admire, le prend en exemple, plus grave, on se l’approprie. Les marques déjà sponsors de clubs ont vite compris l’intérêt d’utiliser l’image de ces sportifs de haut niveau. Pour faire vivre une marque, il faut qu’elle soit vue, que ses représentants fassent parler d’eux. C’est ainsi que la vie privée des sportifs devient publique.  De plus en plus exposés, ils succombent aux charmes éphémères d’autres people : actrices, chanteuses, etc… En effet, sport et marketing sont étroitement liés. Symbole de cette mutation : le développement de nouvelles méthodes de publicité, telle l’ambush marketing (1).  Remercions tout de même Orange qui nous a régalés pendant toute la Coupe du monde de rugby avec ses publicités mettant en scène Zinedine Zidane et Fabien Galthié (2), merci aussi à Nike pour sa publicité multisports mettant en scène, entre autre, Thierry Henry et Raphael Nadal tout en muscles (3)… Cependant, petit message personnel à nos amis publicitaires : merci de laisser Guy Roux tranquille (et nous par la même occasion). La société actuelle a évolué et laisse une part importante à la communication, l’image et la publicité.

Petit tour d’horizon des couples sportifs : Bixente Lizarazu et Claire
Keim, Christophe Soumillon et Sophie Thalmann, Claude Makélélé et Noémie Lenoir, Flavio Briatore et tous les mannequins de l’agence Elite…

Parfois certaines relations peuvent servir leur carrière respective. En faisant parler d’eux, ils occupent la scène médiatique et restent ainsi présents dans les esprits. Mais quelles sont les limites de ce système ? Ne nous éloignons-nous pas trop du rôle premier du sportif ? Le fait même de publier cet article ne nous fait-il pas participer à cette dérive ?
Cette surexposition dénature parfois l’esprit du sport et l’image saine qu’il pouvait avoir. Mais heureusement, certains sportifs savent rester discrets. Ils succombent au charme plus simple de femmes ordinaires (oui, les filles, il y a de l’espoir) ou de sportives (le couple Poirée en est un bel exemple, André Agassi et Steffi Graf aussi,…). Car n’oublions pas que nos chers sportifs ont de nombreuses contraintes. Loin des strass et des projecteurs, ils doivent s’astreindre à une hygiène de vie exemplaire, des entraînements réguliers. Oui, mesdames, tous les week-ends, vous devez être aux côtés de votre cher et tendre pour assister à son match hebdomadaire, dans le froid, bravant la pluie et parfois pire. Serait-ce du dévouement ? Non, cela s’appelle l’amour. Toute cette profusion de publicité nous ferait presque oublier que l’on parle de sport et d’amour. Vous êtes donc là pour les soutenir et vivre avec eux au quotidien leurs doutes et leurs angoisses, les troisièmes mi-temps parfois difficiles,…
Bref, être femme de sportifs, c’est vraiment du sport ! Chapeau les filles !

(1) Ambush marketing : Utiliser des tactiques de guerrilla marketing durant un événement médiatique pour lequel votre marque n’est pas le sponsor officiel et faire en sorte d’être visible aussi bien des spectateurs présents que des médias…  (
liens marketing-alternatif.com)
 
(2) Vidéo sur youtube 
(3) Vidéo sur youtube

 

 

Commenter cet article

mariel75 01/04/2008 00:33

Etre femme de sportif c'est un sacerdoce! :)