Publié par MariKo

Mieux que les dernières collections de haute couture où le Tout-Paris accourt, c’est vers le Stade de Malaga, en Espagne, que tous les yeux étaient rivés mercredi soir… C’est une révolution qui est en marche, une révolution footballistique certes, mais avant tout fashion. Quand la mode vous rhabille une équipe, cela peut faire jazzer… d’autant plus quand il s’agit de l’équipe de France de football… 

Deux maillots, deux équipes: France - Espagne
Le scandale par qui tout cela est arrivé n’est autre qu’Adidas. La célèbre marque aux trois bandes, sponsor officiel et équipementier de notre équipe nationale a osé ce que même Paco Rabanne n’aurait pas tenté : changer la couleur du maillot de l’équipe de France de football. Rassurez-vous, le bleu si cher aux Français et symbole de la victoire de 1998 (car s’il faut le rappeler, l’équipe de France a gagné la Coupe du Monde cette année-là) ne sera pas atteint. En effet, même si ce changement a fait couler beaucoup d’encre, il ne s’agit là que de la couleur du deuxième maillot. Cela n’empêche pas les traditionnalistes comme Guy Roux et Jean Tigana de crier au scandale. D’autres, comme Henri Emile, sont plus tempérés. Quoiqu’il en soit, les Bleus vont désormais voir rouge en arborant un maillot couleur sang à la place du blanc, pur et finalement assez… fade. N’oublions pas que nos Bleus ont déjà porté le maillot rouge. C’était en 1986, lors d’un match amical contre le Guatemala. A l’époque en pleine préparation du Mundial 86 mexicain, les Bleus l’avaient emporté 8-1. Selon Alain Michel, responsable marketing football pour Adidas France, « le rouge (troisième couleur du drapeau français, NDLR) fut souvent synonyme de victoire, de force et de vitalité. » (1) Très prometteur donc. La grande première était prévue pour le match amical contre l’Espagne… qui s’est soldé par une défaite ! Beau début…   
Bleu, blanc, rouge !
Le grand gagnant ne serait-il pas Adidas ? Outre le fait d’avoir pu lancer en grande pompe le nouveau maillot rouge de l’équipe de France, ils ont profité de cette rencontre amicale pour étrenner le nouveau maillot or de l’Espagne, équipe qu’ils sponsorisent également et qui joue habituellement… en rouge. Ne serait-ce pas le symbole des excès du pouvoir des sponsors dans le sport ? Rappelons-nous simplement qu’il fut un temps où la publicité n’existait pas en football. Et cette époque n’est pas si éloignée. En effet, même si les panneaux autour des stades existent depuis le 19ème siècle, c’est seulement en 1968 que la première publicité vestimentaire apparaît sur les maillots de foot. L’équivalent de la Ligue de Football Professionnel de l’époque a signé un accord avec Vittel dont le nom devra figurer sur les maillots de toutes les équipes de D1 et D2. (2) Cette petite révolution fera grincer des dents. La télévision refusant de diffuser des rencontres d’« hommes-sandwichs », certains matchs seront déprogrammés à la dernière minute. Les temps ont désormais changé. La publicité est omniprésente sur les terrains. Soulignons cependant que seuls deux clubs européens sortent du lot des clubs ultra-sponsorisés. Le FC Barcelone qui paye l’Unicef pour apparaître sur son maillot et l’Athletic Bilbao qui n’a aucun sponsor commercial. A part ces cas isolés, nos « hommes-sandwichs » le sont de plus en plus. A l’époque du sport-business, on en oublierait presque que l’on parle de sport. Sous prétexte de vouloir « proposer quelque chose de nouveau et de casser les habitudes » dixit Adidas, ils nous offrent, avec ce maillot rouge, une nouvelle occasion de dépenser notre argent en produits dérivés. Leur objectif est d’écouler quelque 500 000 maillots (bleu et rouge confondus) jusqu’à l’Euro 2008. Sachant que le prix d’un maillot rouge est de 70€ pour adulte et 55€ pour enfants, combien de bénéfices fera Adidas ? Quelque chose me dit que la réponse aura plusieurs zéros…
 (1) Source myfreesport.fr
(2) Source linternaute.com/sport  

Commenter cet article