Publié par MariKo

Le sport a ses raisons que seuls les sportifs peuvent comprendre, et encore ! Même si nous avons parfois tendance à l’oublier, l’objectif d’un sportif est avant tout la victoire (sur soi et ses limites, sur un adversaire, sur la nature qui vous inflige un physique pas toujours facile à assumer,…). La compétition est un prétexte à de fortes montées d’adrénaline (même pour nous sur notre canapé) et de dépassement de soi. En fin de compte, nous cherchons tous un peu la victoire, même au quotidien. Oui, nous allons réussir à atteindre notre objectif fixé par ce satané responsable commercial et exploser les chiffres de nos ventes. Oui, nous allons être la meilleure vendeuse du mois, et pas la deuxième. Depuis que nous sommes enfants, nous sommes conditionnés pour être les meilleurs.

image-france.gif
Alors quand un vent de panique souffle sur la France avec la déroute des rugbymen, les déculottées de Lyon et Marseille respectivement en ligue des champions et coupe de l’UEFA de football, on essaie de ne pas trop en parler. Pourtant, la défaite fait aussi partie du quotidien de nos sportifs : récemment les Français n’ont pas brillé au tournoi de tennis d’Indian Wells (exit Gasquet et le petit prodige Tsonga), ni aux derniers mondiaux d’athlétisme en salle à Valence. Sans médaille et avec seulement deux places de finaliste, la France a réalisé les pires Mondiaux en salle de son histoire. La défaite, un mal français ? Non, bien au contraire. Ce week-end a marqué un tournant dans l’esprit des Français. Joli palmarès : médaille d’or pour Alain Bernard qui s'offre en finale des championnats d’Europe du 100m nage libre un nouveau record du monde en 47"50 (ancien record : 47"60), médaille de bronze pour Aurore Mongel sur le 100m papillon, Laure Manaudou, quant à elle, poursuit comme à son habitude sa récolte de médailles, Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder glanent le titre mondial en danse sur glace et succèdent à Marina Anissina et Gwendal Peizerat, derniers Français en or sur la discipline en 2000… Face à cette moisson de médailles et de Marseillaises entonnées lors de ce week-end Pascal, il y en a un qui doit jubiler… Nicolas Sarkozy, bien sûr ! En effet, lui qui prône les valeurs d’une France qui gagne et qui veut remettre les Français au travail voit sa conception d’une France qui avance et qui écrase tout sur son passage enfin prendre forme. Ça n’était pas gagné.

Pour répondre à ses détracteurs, nous pouvons lui opposer le fait que la France perd souvent là où on l’attend. Combien de fois Brian Joubert devait remporter les championnats de patinage et est finalement passé à côté (encore une fois lors des derniers championnats du monde où il hérite de la deuxième place)? Combien de finales les Français tout sport confondu étaient censés gagner ? Le problème dans notre joli pays, c’est que nous sommes de très bons pronostiqueurs… du dimanche. Supporters quand c’est gagné d’avance, nous nous débinons dès que le navire prend l’eau. Heureusement, le sport nous fait tout de même garder espoir. De belles surprises et des performances inattendues nous sont offertes : coupe du monde de football 1998, coupe du monde de rugby 2007, Jo-Wilfried Tsonga en tennis, Sébastien Bourdais en F1,… Alors, messieurs les sportifs, pour continuer à nous faire rêver, suivez l’exemple de vos confrères médaillés et de notre président : travaillez plus pour gagner plus… de médailles !

Tous les résultats sur www.eurosport.fr

Commenter cet article