Publié par MariKo

Le compte à rebours a commencé. Et même si nous préférons ne pas y penser, nous devons bien avouer qu’entre deux échanges sur les terrains de Roland Garros, nous voyons le 11 juin arrivé à grands pas. Si pour vous, le 11 juin n’est synonyme que de l’anniversaire de tata Suzanne ou de votre petit dernier, nous vous envions… Vous êtes peut-être la (ou le) seul(e) rescapé(e) de la déferlante de l’été : la coupe du monde de football !

Alors que nous avions décidé de « boycotter » cet événement, une petite voix satanique nous pousse à écrire ce papier. Mais dans quel but ? Essayez de vous convaincre de ne pas regarder la déculottée promise des Bleus ? Soit dit en passant, Paco Rabanne, THE spécialiste des annonces de catastrophes, n’a rien prédit au sujet du parcours des Bleus en Afrique du Sud (oui, mesdames, la coupe du monde ne se joue pas toujours en France !). On y verrait presque un signe d’espoir… quoique. Si nous ne résistons pas à l’envie de parler de football, c’est tout simplement parce que nous sommes au comble du bonheur ! En effet, c’est vendredi dernier que nous avons appris que la France serait le pays organisateur de l’Euro 2016. Après un instant de grande déprime (encore du foot…), une sensation de joie intense s’est emparée de nous. C’est beau la France qui gagne (enfin) quelque chose. Et puis, si nous gagnions chaque compétition qui se déroule à la maison, nous pouvons  espérer… Maintenant de belles promesses à tenir et des stades à construire et rénover pour accueillir cette compétition qui occupera de nombreuses villes en France : Paris, Bordeaux, Saint Etienne, Marseille… Ce que l’on retiendra de cette première victoire : la jolie prestation de notre représentant.

C’est Nathan, du haut de ses 10 ans, qui a porté la candidature du projet français. Pendant une demi-heure, il s’est adressé à un parterre de professionnels de la profession… Un peu de fraîcheur et de spontanéité pour représenter la France, ça fait du bien ! Nous terminerons sur une note bien moins innocente en citant le grand poète (!) Joey Starr au sujet du futur ex-sélectionneur de l’équipe de France : « Raymond Domenech, je l’attacherais bien à un arbre et je lui fouetterais bien les cou…. ». Allez Joey, dans ta chambre et privé de dessert !

Commenter cet article