Publié par MariKo

Si vous ne l'aviez pas encore remarqué, les élections américaines ont eu lieu mardi soir. Fin du suspens qui tient en haleine des millions de personnes tout autour du globe depuis un peu plus d’un an... C’est finalement Barack Obama, démocrate (souvenez-vous, c’était lui ou Hilary Clinton) qui va diriger les Etats-Unis pendant quatre ans (et plus si affinités). Alors, sauf si vous étiez parti sur la Lune depuis plusieurs mois, vous devez savoir que ce cher Barack Obama est devenu un symbole. C’est en effet le premier président des Etats-Unis qui soit noir de peau. Imaginez la réaction de Muriel Robin : « il est noir… noir ? »

Quoiqu'il en soit, nous ne sommes pas là pour parler de politique et encore moins des Etats-Unis. Mais cette déferlante "Obama" n'est-elle pas tout simplement le symbole d'une "black déferlante" qui se généralise un peu partout ! Car si l'on parle beaucoup (doux euphémisme) d'Obama et de la montée de sa popularité, on parle moins des autres qui, eux aussi, font leur trou...


Récemment, c'est Jo Wilfried Tsonga qui a fait sensation. Il remporte le tournoi de Paris-Bercy et occupe désormais la 7ème place du classement ATP (c'est du tennis) et pourra participer à la "Race" (réunissant les huit meilleurs joueurs mondiaux) qui se déroulera du 9 au 16 novembre à Shangaï. Quand on vous dit qu'ils sont partout...

Autre symbole de cette "black déferlante": Lewis Hamilton. A 23 ans, il devient le plus jeune champion du monde de l'histoire de la formule 1. C'est au Brésil qu'il a concrétisé un rêve et atteint les sommets.

La liste des « black » puissants et influents est longue, dans le milieu du sport notamment… car on doit bien dire qu’en politique, ils sont plutôt rares parmi les Sarkozy, Royal, Bayrou et autres Hollande et Besancenot ! Côté sportif, citons les joueurs de l’équipe de France (Thierry Henry, Steve Mandanda, Gallas, Anelka, Malouda,..), Tiger Wood et son swing fabuleux, Tony Parker et ses potes de la NBA, …

Quelle conclusion doit-on en tirer ? Qu’il était enfin temps que les Blacks trouvent leur place ? Que le sport et la politique sont les meilleurs vecteurs d’intégration ? Quoiqu’il en soit, la société a évolué et cela nous rend optimiste. Un peu de tolérance, ça n’a jamais fait de mal à personne !  A l’heure où la crise est sur toutes les lèvres et dans tous les esprits, il n’est pas question d’être morose et d’avoir des idées… noires !

Commenter cet article