Publié par MariKo

Quand on est ado, il y a une période qu’on attend tout particulièrement : les vacances ! Alors que les vacances de Pâques battent leur plein, nos chers ados, entre deux bouchées de chocolat, ont déjà en vue les prochaines : les grandes vacances ! Et oui, après une année studieuse et éducative (!), elles seront bien méritées. Se pose alors la sempiternelle question : que faire de ces deux (longs) mois de repos ? Pas d’école, pas de devoirs… Comment s’occuper alors ? Vacances chez papi et mamie au fin fond de la Dordogne : pas très glamour ! Stage intensif de poney ou de mini-golf : on a déjà donné ! Pour 2010, le Comité International Olympique a trouvé une occupation, vraiment différente…



 
Mieux que la colo en Normandie ou les vacances au Club Med avec la « tutti family » entre le petit dernier qui braille dès 7h du matin et les parents qui craquent, car eux aussi sont fatigués de leur année… Le CIO vous propose les Jeux Olympiques de la Jeunesse ! C’est quoi les JOJ ? Pas moins de 12 jours (du 14 au 26 août 2010) à Singapour avec plein d’autres ados sportifs ! Pour leur 1ère édition, quelque 3 200 athlètes (entre 14 et 18 ans) et 800 officiels sont attendus. Ça va faire du monde. Enfin les vacances idéales ?

 



Chers parents, retenez tout de même votre jeune progéniture… Il y a des choses qu’ils doivent savoir avant d’enfiler leur jogging et leur nouvelle paire de baskets. Au programme de ces JOJ, pas de rando, pas de feux de bois, ni mega boum pour draguer. Ce serait plutôt : c
ompétitions de haut niveau, programmes éducatifs sur les valeurs olympiques, les bienfaits du sport pour un style de vie sain, les valeurs sociales véhiculées par le sport, sans oublier les dangers du dopage, du surentraînement et/ou de l'inactivité. Et le tout pour les meilleurs athlètes mondiaux, les prochains grands sportifs internationaux. Quand on vous dit que c’est du sérieux ! Entre toutes ces activités, et dans la plus pure tradition des Jeux Olympiques, les meilleurs athlètes vivront ensemble au village olympique. Mais attention, il paraît que le CIO songe à mettre en place deux villages. Pas question de mélanger les filles et les garçons… Info ou intox ? En tout cas, cette suggestion, si elle rassure les parents, fait déjà dresser les cheveux des associations féministes qui se battent pour la mixité. Alors que les femmes représentent 40% des athlètes aux JO, de quoi le CIO a-t-il peur ? Nous avons bien une idée, mais quand on sait que les villages olympiques des « grands » sont déjà mixtes… Le taux de fécondité ne connaît pas de pic spectaculaire à l’issue de ces épreuves sportives…

 

Le village olympique est le point central de la vie des Jeux. Il n’a de « village » que le nom. Il s’apparente parfois à une vraie ville avec cinémas, boutiques, restaurants ouverts 24h/24, boîtes de nuit. De quoi faire pâlir les petites communes françaises qui doivent se battre pour conserver leurs bureaux de Poste ou leurs écoles. La plupart des athlètes en gardent d’ailleurs un bon souvenir. En témoigne Anita L. De Frantz, olympienne et membre du CIO: « Pendant une période de deux à quatre semaines, le village devient le foyer des meilleurs athlètes du monde. C’est là-bas que j’ai compris que l’excellence existait sous toutes les formes, indépendamment de la taille, de la race ou du sexe. C’est là-bas que je me suis rendue compte qu’un athlète olympique était une personne qui pouvait respecter tous les individus en raison des efforts fournis pour devenir un athlète olympique. C’est là-bas que j’ai compris que chaque sport exigeait des capacités et une détermination particulières pour monter sur la plus haute marche du podium. » Vivre en communauté ouvre également l’esprit aux autres.

 

En fait, les JO (de la jeunesse et des autres), c’est un peu la vie hippie, le retour de Woodstock en puissance. Ne manque plus que les pantalons pattes d’éph, les fleurs dans les cheveux… Et les substances illicites ? No comment…

Commenter cet article