Publié par MariKo

Si vous faites partie de celles (ou ceux) qui versent leur petit larme devant les plus mièvres comédies romantiques, alors passez votre chemin… Et oui, cet article va vous faire pleurer à coup sûr. De rire (on l’espère), mais surtout d’émotion ! Cette entrée en matière mérite quelques explications...

 

Avec notre cœur d’artichaut et notre sensibilité de femmes, nous devons bien admettre que nous n’aimons pas les adieux. Trop de souvenirs… Rappelez-vous le drame que vous avez vécu quand, en CM2, vous avez dû quitter votre « super-copine-pour-la-vie » (dont vous avez oublié le prénom depuis, c’est dire). Et rebelote à la fin du collège, du lycée (même si pour cela vous avez raté votre bac à trois reprises pour ne pas quitter les bancs du bahut). Une fois à la fac, vous vous êtes promis qu’on ne vous y reprendrait plus… Et patatra, ce fût encore les grandes eaux pendant des jours ! Alors aujourd’hui, vous comprendrez notre détresse (terme volontairement exagéré) quand nous avons pris conscience que Marouane Chamakh quittait Bordeaux. Quoi, vous ne connaissez pas Marouane Chamakh ?

 

 

Pour faire simple, c’est un joueur de football qui depuis 2002 portait les couleurs des Marines et Blancs de Bordeaux (Laurent Blanc, ça vous parle ?). En huit ans, il a su conquérir le cœur des Bordelais par son jeu efficace et celui des Bordelaises par son look à la mode et son joli minois. Oui, il paraît qu’il est beau. On préfère s’intéresser à ses performances sportives parce que sinon on va devenir désagréables… On voudrait bien détester ce jeune homme qui est adulé de tous et pouvoir donner des arguments totalement objectifs, mais mis à part le fait que M. Chamakh porte des caleçons aux motifs vache (la preuve en image plus bas), on n’a rien trouvé.

 

 

Il faut dire que des mecs comme ça, c’est rare. Né à Aiguillon dans le Lot et Garonne, il est repéré à 16 ans pour intégrer le centre de formation de Bordeaux et y restera jusqu’à la fin de la saison 2009/2010 ! Belle fidélité et que de trophées à son actif (notamment une année 2009 de folie avec la coupe de la ligue, le trophée des champions et le titre de champion de France de ligue 1) ! Il a connu plusieurs entraineurs (Elie Baup, Michel Pavon et notre Lolo national), a vu passer des grands comme Pauleta, a marqué des buts, s’est illustré en équipe nationale du Maroc et a atteint son but : être repéré par un grand club européen ! Et pas des moindres : Arsenal et ses gunners ! Le club où ont évolué des Thierry Henry, Sylvain Wiltord, Patrick Vieira et où Arsène Wenger règne en maître… bref, un club de légende.

 

C’est bête à dire, mais durant toutes ces années, nous n’avions jamais particulièrement admiré Marouane, mais on vous l’a dit, on n’aime pas les adieux. Comme l’ont si bien dit les supporters bordelais lors du dernier match à domicile des Girondins : « Marouane, tu nous a fait rêver, à bientôt » et « Thank you ».

Commenter cet article