Publié par MariKo

A l’heure où tout le pays est penché sur le cas des retraites, alors qu’Eric Woerth se fait plumer la tête et que les Bleus se mettent à gagner, la rédaction de Femme2sport a décidé de s’intéresser à l’étrange histoire que vient de vivre l’équipe de football du Togo. Et il faut croire qu’elle est abonnée aux histoires incroyables…

 

Souvenez-vous, en janvier dernier, c’est cette même équipe qui, sur la route de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), a été la cible d’une fusillade menée par des rebelles séparatistes à la frontière entre le Congo-Brazzaville et l'Angola. Bilan des courses : 3 morts, pas mal de blessés et surtout une très grosse frayeur. Dans ces conditions, les joueurs avaient vite rebroussé chemin pour se mettre en sécurité chez eux. Et comme s’il fallait en rajouter, les messieurs de la Confédération Africaine de Football (rien à voir avec la Caisse d’Allocations Familiales) n’ont rien trouvé de mieux que d’exclure le Togo des deux prochaines éditions de la CAN. Face au tollé suscité par cette décision, ils sont revenus sur leur décision quelques mois plus tard. Quoiqu’il en soit, les têtes pensantes des hautes sphères du football ont bien du mal à gérer les crises. Et pas seulement en France…

 

equipe-du-togo-de-football

 

Nous avions donc laissé cette équipe bien mal en point. Les Eperviers, comme on les appelle, on fait reparler d’eux il y a quelques jours. A l’occasion d’un match amical contre le Bahreïn, l’équipe nationale du Togo s’est présentée sur la pelouse du stade de Manama. Après les 90 minutes de jeu et les trois buts encaissés, force était de constater que les Eperviers n’étaient pas au mieux de leur forme. Et pour cause… Il ne s’agissait pas de l’équipe officielle du Togo. En effet, les joueurs, les vrais, étaient tous à la maison, tout juste de retour d’un match disputé quelques jours auparavant à Bostwana pour les éliminatoires de la CAN 2012 (oui, puisqu’ils pourront finalement y participer. Vous suivez ?). Ce sont donc des imposteurs qui ont disputé ce match. Mais qui a donc organisé ce match ? Comment le Bahreïn a-t-il pu se faire avoir aussi facilement ? « Le très mauvais jeu des Togolais nous a surpris, mais de là à penser que nous avions affaire à une fausse équipe était incroyable » avoue un membre de la fédération du Bahreïn. Une enquête est en cours.

 

Mais toute cette histoire nous donne une idée. Et si l’équipe de France de football avait été victime de ce même genre d’usurpation d’identité ces dernières années ? Cela expliquerait beaucoup de choses, non ? Peut-être que Domenech n’était pas la cause du jeu pitoyable des Bleus. Peut-être même qu’Anelka ne l’a jamais insulté car ce n’était pas lui, mais un usurpateur ! Cette hypothèse sous le coude, nous filons à la Fédération Française de Football pour leur soumettre l’idée. On ne sait jamais, ils sont capables d’y croire...  

 

Commenter cet article