Publié par MariKo

Embarquement immédiat. Les passagers à destination de…  l’apesanteur avaient rendez-vous aujourd’hui pour s’envoyer en l’air. En tout bien, tout honneur !

 

Lune

Un petit pas pour l'homme (crédit photo voir.ca)

 

C’est ce jeudi à midi que le premier vol commercial en apesanteur a décollé de l’aéroport Bordeaux-Mérignac. Une première au sein de l’Union européenne. Les Etats-Unis et les Russes avaient déjà envoyé des particuliers « lambdas » côtoyer l’apesanteur. Il aura fallu attendre ce 15 mars 2013 pour voir un Airbus A300 Zéro-G emmener une quarantaine de chanceux en apesanteur.

 

L’idée de cette expérience hors normes tient en un simple processus. Afin de recréer les conditions de l’apesanteur, l’avion effectue une parabole (un « U » à l’envers en somme). Ce mouvement permet aux passagers de se retrouver en apesanteur pendant 22 secondes. A raison d’une quinzaine de paraboles, les passagers de cet avion ont donc vécu en apesanteur pendant 5 minutes. Suffisant pour se croire sur Mars ou sur la Lune !


 photo Le Parisien Novespace

Le premier vol commercial en apesanteur a décollé de Bordeaux-Mérignac.

Une première au sein de l'Union Européenne

(crédit photo Le Parisien/Novespace)

 

Mais le retour sur Terre peut être un peu violent. En effet, on ne décroche pas la Lune en un claquement de doigts… Pour participer à cette opération, les astronautes d’un jour ont dû débourser près de 6000€ ! Pas question donc de rater une minute de ce vol durant lequel plusieurs activités étaient prévues : s’asseoir au plafond, observer une boule d’eau… Côté sécurité, tout était mis en place pour que tout l’équipage profite de l’expérience. "Nous donnerons des règles de discipline strictes", a prévenu Jean-François Clervoy, président de Novespace, la filiale du CNES propriétaire de l'A300 Zéro-G. "Je veux qu'ils aient du plaisir et qu'ils comprennent à travers ce qu'ils ressentent sur eux-mêmes pourquoi l'espace est un environnement inouï pour des expériences impossibles sur Terre", explique-t-il.

 

 

D’autres vols sont prévus et sont voués à se développer. Attention toutefois au supplément bagages !

 

MariKo

Commenter cet article