Publié par MariKo

Si une irrépressible envie de pleurer vous prend en écoutant le tube « Waka Waka » de Shakira (qui, souvenez-vous, était l’hymne du Mondial de football) ou si la simple évocation du nom Anelka vous donne des boutons illico, vous souffrez, tout comme nous, du syndrome post-coupe du monde. Cette maladie, que l’on espère passagère, est due à un virus appelé Domenech qui a contaminé une équipe de France déjà mal en point. Mais rassurez-vous, les imminentes têtes penseuses de la Fédération Française de Football, on réussit à le neutraliser. Et ils ont même trouvé un antidote pour panser les plaies de nos Bleus… un certain Laurent Blanc ! Son objectif ? Réussir à nous faire oublier ce début d’été bien tristounet passé en Afrique du Sud ?

 

 

Car toute cette histoire a bien failli mettre nos vacances en l’air. Imaginez-vous partir avec Monsieur Grincheux qui, à peine remis de ses émotions, n’ose plus acheter L’Equipe de peur de rechuter. Là, ça passe encore. Mais quand vous le surprenez en train de lire Voici au bord de la piscine, ça commence à être inquiétant, non ? Mais heureusement, et comme il n’y a pas que le football dans la vie, la France compte d’autres champions. Le Tour de France a vu un Bleu endossé le maillot à pois de meilleur grimpeur, les championnats d’Europe d’athlétisme et de natation, outre le fait de nous faire voyager de Barcelone à Budapest, nous ont prouvé que, même en sports individuels, l’esprit d’équipe est important. Mais n’y voyez aucune allusion à qui vous savez… Quoique.

 

Grâce à ces belles victoires et ces (très) nombreuses médailles, toute la France, Monsieur Grincheux en tête, a pu chanter fièrement la Marseillaise. On le sentait : le chemin de la guérison était tout proche. Ce vent de jeunesse et de spontanéité sportive nous aurait presque donné envie de courir à côté d’une Myriam Soumaré ou de nager avec Alain Bernard. Mais les vacances étaient finies. Il a fallu rentrer à la maison, reprendre le chemin du boulot, rallumer la télé, regarder des matches de foot… pour s’apercevoir que sur la planète foot, ça ne tourne toujours pas rond. Il y a bien sûr les retombées de cette fichue coupe du monde avec son lot de sanctions, mais aussi l’étonnante reprise de la ligue 1. Toulouse, Caen et Rennes ont occupé le haut du tableau, pendant que Marseille et Bordeaux ont côtoyé Arles-Avignon en queue de peloton. On marche sur la tête et les joueurs s’affrontent même sur de la pelouse synthétique ! On croit rêver et on perd nos repères. Alors, même si les « grands » clubs tentent de revenir dans la course, la saison s’annonce riche en surprises ? Une chose est sûre : avec nos amis footballeurs, tout devient possible !

Commenter cet article