Publié par MariKo

Même le 1er mai, Femme2sport se décarcasse pour vous faire passer une belle journée !

 

Au programme aujourd'hui, la chronique diffusée le 30 mars sur Gold FM. Et ce n'est pas n'importe laquelle...: la 30ème !

 

Bonne écoute et bonne lecture !

 

 

Bonjour Lucas, bonjour à tous.

 

Aujourd’hui je ne suis pas peu fière de vous annoncer que nous sommes le 30 mars et que nous fêtons notre 30ème rendez-vous hebdomadaire… Et oui, vous me supportez déjà depuis 30 numéros. Alors les plus assidus doivent certainement frôler la crise de nerf (ou de rire, ce serait mieux), mais en ce qui me concerne, je suis toujours aussi ravie de vous retrouver de bon matin, toujours frais et dispo… N’est-ce pas Lucas ?

Alors hasard du calendrier (et oui, tout ceci n’était pas prémédité), ma 30ème chronique tombe donc le 30 mars. C’est plutôt une drôle de coïncidence, vous me direz, mais finalement tout ça me rappelle aussi, et c’est plus dur, que je vais bientôt fêter un autre anniversaire : mes 30 ans. Alors pour ne pas gâcher l’ambiance tout de suite avec ma crise de la trentaine, je voulais fêter avec vous dignement cette 30ème chronique. Pour ça, il vous faut un maillot de bain, un vélo et un ballon rond pour me suivre dans des nouvelles aventures sportives.

 

Et oui, cette semaine, mon programme a été plus que chargé. Déjà, il a fallu que je me remette de la disparition de deux mythes vivants chacun dans son domaine. Je pense bien sûr à Maître Capello et à Elisabeth Taylor… J’ai cru aussi que j’allais mourir irradiée sur place quand le fameux nuage japonais est passé au-dessus de ma tête et puis finalement, j’ai rien senti. Alors, pardonnez-moi d’être blonde (ou presque) et d’avoir des préoccupations plus basiques, telles que les résultats des Bleus en foot par exemple. Et oui, dans la même semaine, un nuage radioactif s’abat sur la France et nos Bleus gagnent un match. Youpi, rien ne va plus. Plus sérieusement, cette victoire, et bien moi, j’en ai rien vu. C’est simple. Dès le coup d’envoi, j’ai essayé de me plonger dans le match. Et bien bonjour l’ambiance. Ou justement, bonjour le manque d’ambiance. Et sur le terrain, ce n’était pas mieux. Alors forcément, ne tenant pas en place, j’ai décidé d’aller faire une razzia dans le frigo pour me nourrir. A défaut de beau jeu, j’aurais au moins le ventre calé. Sauf que j’ai eu cette bonne idée à la 28ème minute… Juste quand Mexès a marqué le 1er but tricolore… J’avoue avoir été un peu blasée, mais heureusement qu’il y a les ralentis. Après cette expérience douloureuse et surtout après avoir déménagé la totalité de mon frigo dans mon salon, j’ai décidé de ne plus manquer une miette de ce match. Mais rien. A la mi-temps. Toujours rien. A la reprise. Pas mieux. Pour ne pas m’endormir complètement, j’ai bu des litres de thé. Et forcément, au bout d’un moment, ma vessie a commencé à réclamer une pause… j’ai bien essayé de résister mais elle m’a vaincue… à la 72èmeminute. Pile au moment où Yohann Gourcuff a enfin marqué. Non mais franchement, j’ai cru qu’ils m’en voulaient… Alors, vous comprendrez que le foot, pour moi, c’est fini… Enfin, au moins jusqu’au prochain match bien sûr.

 

Mais, et je vous l’ai déjà dit, il n’y a pas que le foot dans la vie. Il y a aussi la natation par exemple. La semaine dernière se sont tenus les championnats de France, épreuve qualificative pour les mondiaux qui se dérouleront à Shangaï du 24 au 31 juillet. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les Marseillais ont brillé. Fabien Gilot et William Meynard, respectivement 1er et 2ème, se sont qualifiés sur l’épreuve reine, le 100m. Pendant qu’Alain Bernard, lui, coulait tout doucement. Et oui, c’est un peu la surprise de ces championnats de France, Alain Bernard ne disputera pas les Mondiaux sur 100m qui est pourtant sa catégorie de prédilection… Que ses fans se rassurent, il sera présent sur d’autres courses, notamment sur 50m. Et puis comme dans tout bon soap, il y a eu des coups de gueule notamment entre le président de la fédération de natation et Frédéric Bousquet qui pourrait bien être forfait pour Shangaï. Mais aussi de belles histoires comme les 4 titres de Camille Muffat et la qualification d’un Manaudou pour les Mondiaux, mais il s’agit de Florent cette fois, le petit frère de « qui vous savez ».

Après les bassins, je vous invite maintenant à faire un petit tour de piste à bicyclette. Rien à voir avec celle d’Yves Montand. Avec tout le respect que je lui dois, je crois qu’il aurait été un peu à la traîne face aux champions dont je veux vous parler. Puisqu’il s’agit des championnats de monde de cyclisme sur piste qui se sont déroulés du 23 au 27 mars au Pays-Bas. Si je vous en parle, c’est bien entendu parce que les Français s’y sont illustrés. Grégory Baugé en tête. A tout juste 26 ans, il a remporté le titre en vitesse pour la 3ème fois consécutive. Son objectif maintenant, c’est de gagner un titre olympique. Les Français ramènent une autre médaille d’or, toujours en vitesse, mais par équipe cette fois. Déjà médaillés d’argent à Pékin, ils n’ont fait qu’asseoir leur suprématie. Chapeau bas messieurs. La France rentre avec XX médailles. Une bien jolie moisson.

 

Et un bien joli cadeau pour notre 30ème chronique aussi. Merci chers amis sportifs pour toutes ces belles victoires et nous, on se retrouve la semaine prochaine parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne.

Commenter cet article