Publié par MariKo

Avant de nous retrouver mercredi 29 juin pour la dernière chronique de la saison sur Gold FM Bordeaux, voici celle diffusée le 11 mai dernier...

 

Bonne écoute et bonne lecture !

 

 

Bonjour Julien, bonjour à tous,

 

Alors, la semaine dernière, je vous ai lâchement abandonnés après vous avoir parlé de l’affaire qui secoue le monde des Bleus… la fameuse histoire des quotas. Après un habile tour de passe-passe, j’ai quand même réussi à vous en parler sans vraiment trop en dire. Parce que moi, les histoires obscures comme ça, je n’aime pas trop ça… Surtout quand on sait qu’on ne sait rien finalement. Car il ne faut pas se leurrer, dans toutes ces histoires, on ne nous dit pas tout ! C’est pourquoi j’avais prévu de ne pas vous en remettre une couche et de parler d’autre chose. Sauf que… encore une fois, le destin en a décidé autrement. Hier soir, j’étais tranquillement en train de regarder la télé (oui, mon cerveau a parfois du temps disponible...) quand une publicité m’a scotchée sur place. C’était une pub pour une machine à café. Jusque-là, rien de dramatique, même pour moi qui suis adepte du thé vert. Sauf que le slogan en fin de pub annonçait rien d’autre que « coffee is not just black », ce qui veut dire « le café n’est pas que noir ». Je sais que ça n’a rien à voir, mais moi, ça m’a troublée cette coïncidence, au moment où la couleur noire est en pleine lumière. Doit-on y voir un quelconque message ? Ou bien est-ce moi qui fait des associations d’idée tirées par les cheveux ? Quoiqu’il en soit, cette histoire de quota n’a fait que ternir, encore un peu plus, l’image des Bleus. Et ironie de l’histoire, c’est à Laurent Blanc (ça ne s’invente pas) que l’on demande des comptes. Alors même si cette affaire est loin d’être finie, je dois dire que j’ai hâte de revoir la vie en rose, plutôt qu’en noir et blanc… Et pour éviter de broyer du noir, j’ai la solution !

 

A moi les paillettes, les strass, les robes de soirée et les flashs qui crépitent. Et oui, aujourd’hui mercredi 11 mai s’ouvre le Festival de Cannes. S’il y a peu de chance de voir Mélanie Laurent monter les marches les baskets aux pieds ou Robert De Niro arriver en short, Cannes, c’est quand même du sport. Pendant 11 jours, la Croisette va s’illuminer pour nous faire oublier quelques temps les malheurs de nos tristes Bleus et de nos Girondins. Nous faire oublier aussi que Severiano Ballesteros nous a quittés. Ce grand golfeur espagnol s’est éteint le 7 mai dernier après avoir lutté contre une tumeur cérébrale. Ce que l’on retiendra de lui, c’est surtout son talent à manier le club de golf. A lui tout seul, il compte 91 victoires sur le circuit pro et il reste l’un des meilleurs golfeurs de tous les temps.

 

Et puis, pour garder totalement le moral, j’ai un remède infaillible : la musique ! Et ça tombe bien, car je voulais vous parler de Martin Solveig. Oui, je sais, vous ne voyez pas le rapport avec le sport… A première vue, je vous comprends. Mais sachez que ce DJ français à la dégaine un peu atypique aime le sport et moi, ça me plaît bien. C’est vrai qu’il n’a a priori pas un physique de rugbyman ou de culturiste accro aux haltères, mais pourtant le sport et lui, c’est une belle histoire… et de jolis clips ! Saviez-vous par exemple que Martin Solveig a investi le Stade de France pour le tournage de son tout dernier clip « Ready 2 go » ? Et oui, à la mi-temps du match France/Croatie du 29 mars dernier, pendant que Laurent Blanc réajustait son plan tactique de jeu avec ses joueurs bien aimés, et bien Martin, lui, il faisait bosser le public. Pour l’occasion le DJ avait enfilé la marinière des Bleus et emmené quelques majorettes avec lui pour danser et chanter avec la foule. Résultat : un joli clip de 11 minutes et de belles images de supporters de football heureux ! Et ça change de la soupe à la grimace à la bordelaise de samedi dernier…

 

Pour revenir à Martin Solveig, il n’en est pas à son coup d’essai. Pour son autre tube « Hello », c’est Roland Garros qu’il avait choisi comme terrain de jeu. Et son adversaire n’a rien à envier à Nadal ou Federer puisqu’il s’agit de Bob Sinclar, un confrère DJ qui, dans le clip, manie plutôt bien la raquette. On y croise aussi un Novak Djokovic qui se parodie lui-même (très drôle) et un Gaël Monfils très inspiré (et surtout très bien accompagné), le tout avec les commentaires de… Nelson Monfort bien sûr ! Et oui, Roland Garros, sans les commentaires de notre ami Nelson, ne serait pas Roland Garros, même pour un clip…

 

Cette petite virée musicale, mais finalement très sport, m’a reboostée et surtout, je suis prête pour Roland Garros justement. Si, la semaine dernière, je vous parlais du tournoi ATP Challenger BNP Paribas qui se déroule jusqu’au 15 mai à Primrose Bordeaux, il ne faut pas oublier non plus que le plus beau des tournois sur terre battue du monde (je sais, j’en fais peut-être un peu trop) se tiendra du 17 mai au 5 juin… J’ai hâte de voir qui succédera à la chaleureuse Franscesca Schiavone et hâte aussi de voir si l’indétrônable Rafael Nadal réussira l’exploit de s’imposer à nouveau à Paris pour la 6ème fois… ça promet ! En attendant, je vous souhaite une belle semaine !

 

Commenter cet article