Publié par MariKo

Mais que s'est-il passé sur la planète sport en ce beau mois de juin ?

 

 

Un petit retour s'impose... avec le billet d'humeur diffusé sur Gold FM le mercredi 1er juin.

 

Toujours pas de son (ma voix se repose et les problèmes techniques ne sont pas encore résolus...), mais l'enthousiasme est là.

 

Bonne lecture !

 

Bonjour Julien, bonjour à tous !

 

Une fois n’est pas coutume, les femmes ont été à l’honneur cette semaine. Et cela n’a rien à voir avec Corinne Touzet… Les amateurs de séries de TF1 comprendront. Ni même avec la Fête des mères de dimanche dernier. Ce que je voulais dire en fait, c’est que si les femmes ont été à l’honneur cette semaine, c’est sur d’autres terrains qu’il faut chercher. Et plutôt sur les terrains de sport ! Alors, en tant que Femme2sport, l’occasion était trop belle. J’ai donc décidé de dédier cette chronique aux femmes… et de parler un peu d’elles.

 

Et on commence, au sommet, forcément, avec nos amies Lyonnaises qui ont brillé. Et elles n’ont pas brillé dans n’importe quelle discipline. Non contentes de devenir championnes d’Europe, elles se paient le luxe de le faire dans un sport 100% masculin… le football bien sûr ! Et cerise sur le gâteau, elles remportent cette fameuse Ligue des Champions l’année où ces messieurs de l’OL se sont faits des frayeurs européennes… Et oui, il s’en est fallu de peu pour que l’Europe passe sous le nez des hommes de Claude Puel… Mais le drame a été évité de justesse pour ces messieurs et l’exploit a été accompli par ces dames. Grâce à elles, la France compte désormais trois titres européens après Paris en 1996 et Marseille en 1993 chez les hommes. Alors bravo mesdames et si j’étais elles et bien je serais super fière d’avoir joué un très beau match et fait parler un peu du sport au féminin. Même le journal L’Equipe, la Bible des sportifs, paraît-il, a consacré sa Une aux championnes. Alors j’imagine aisément le sourire satisfait qu’a dû arborer Jean-Michel Aulas en voyant une de ses équipes tout en haut des étoiles ! Il paraîtrait même qu’il aurait poussé la chansonnette en susurrant un « Femmes, je vous aime » à l’oreille de ses joueuses. Bon, j’avoue cette dernière info n’est qu’une intox, mais reconnaissez quand même que cela aurait pu être assez drôle.

 

C’était difficile de faire aussi bien que nos nouvelles championnes qui ont mis la barre très haut. Mais malgré tout, il y a quelques sportives qui ont attiré mon attention. Et s’il y a bien un endroit qui fourmille de femmes exceptionnelles en ce moment, c’est bien Roland Garros. Alors que tous les yeux étaient braqués sur Djokovic et Nadal (moi la première j’avoue), il s’est passé quelques petits événements du côté des femmes. D’abord, je salue la force de Virginie Razzano. Cette force qui vous fait faire des choses démentes comme s’engager à Roland Garros seulement 8 jours après le décès de son compagnon. Malheureusement, elle n’a pas réussi à passer le 1er tour, mais au moins elle aura tenu sa promesse en jouant à Paris.

Quelques jours plus tard, c’est pour la Chinoise Shuai Peng que j’ai souffert. On peut dire que son adversaire du jour, Francesca Schiavone (la tenante du titre pour ceux qui ne suivraient pas) lui a littéralement coupé le souffle. En effet, au cours du 2ème set, Shuai Peng a dû abandonner à cause de problèmes respiratoires.

Et puis sinon, j’ai beaucoup ri en voyant la Lady Gaga des bacs à terre battue. Bethanie Mattek-Sands, tel est son nom, a un look très original, vous l’aurez compris. Pas encore à base de viande, ni de jambon de pays (heureusement car ça ne serait pas très pratique sur les courts ensoleillés de Roland Garros), mais ses grandes chaussettes noires, sa robe asymétrique noire, ses tatouages et ses deux traits noirs sur les joues en font un personnage atypique du tennis. Au pays des polos blancs et chaussettes blanches, l’Américaine détonne. Dommage qu’elle soit sortie au 3ème tour…

Enfin, impossible de célébrer les femmes sans parler de Marion Bartoli bien sûr qui fait un tournoi exceptionnel mais aussi de la jeune Caroline Garcia, 17 ans. Oui, oui, ça ne nous rajeunit pas, tout ça, mais surtout, ça promet pour la suite. En effet, elle a fait sensation en frôlant la victoire contre Maria Sharapova et, surtout, un bruit insistant circule dans les couloirs de Roland Garros : ce serait elle la future numéro 1 ! Et j’ai bien envie de croire à cette rumeur… pour une fois !

 

Pour finir, je voudrais adresser un message de soutien à Charlene Wittstock, ancienne championne de natation et future épouse d’Albert II de Monaco. Oui, Charlene, si, du haut de ton rocher, tu écoutes cette chronique, je compatis à tout ce qui t’attend. Car à Monaco, il n’y a pas d’équipe féminine au top pour remonter le moral de l’équipe masculine qui rejoint la Ligue 2 l’année prochaine.

 

Voilà pour cette semaine 100% féminine. Mais rassurez-vous messieurs, tout ceci ne m’a pas empêché de suivre les exploits de Gaël Monfils, ni même les adieux émouvants d’Ulrich Ramé, mais pour une fois parler de femmes, c’était pas mal, non ?

 

Commenter cet article