Publié par MariKo

Après un bon week-end prolongé (et salvateur !), voici ce que vous pouviez entendre sur les ondes de Gold FM Bordeaux... le mercredi 2 novembre. Et, non pas que l'on soit encore en repos, mais pas de son cette fois-ci.

 

Promis, la semaine prochaine, il sera de retour...

 

Bonne lecture !

 

Bonjour julien, bonjour à tous,

 

Je suis ravie de vous retrouver pour notre rendez-vous hebdomadaire. Un rendez-vous un peu particulier, parce que, cette semaine, je me suis sentie investie d’une mission. Et pas n’importe quelle mission. En effet, j’ai décidé aujourd’hui de réparer une erreur, voire même une injustice. Oui, oui, je sais, le mot est fort mais quand je vous aurai dit de quoi il s’agit, vous serez d’accord avec moi. J’en suis sûre…

 

Pour couper court à toute spéculation, et pour en rassurer certains, sachez que l’injustice dont il s’agit ne concerne ni Yohann Gouffran, ni Yohann Gourcuff, et encore moins Jo Wilfried Tsonga. Pour le coup, ils n’ont pas eu besoin de moi pour redorer leur blason. Les uns profitant du week-end pour (enfin !) marquer des buts. L’autre remportant le tournoi de Vienne. Serait-ce donc la fin d’une mauvaise passe pour mes petits chouchous ? Je l’espère en tout cas.

 

Autant dire que nos champions n’ont pas attendu que je leur rende justice pour s’illustrer… Sauf qu’il reste quand même une zone d’ombre. Une injustice cruelle que je tiens donc à dénoncer ce matin. Bon, je le sens, vous n’en pouvez plus de ce suspens insoutenable. Mes confrères Jacques Vergès et Kenneth Thompson étant trop occupés par leurs affaires courantes, c’est moi qui m’y colle. J’enfile donc ma robe d’avocate et  je vous l’avoue enfin, l’injustice que je souhaite réparer, c’est la non-médiatisation de certains sports. Ou aussi, ce qui revient au même, la sur-médiatisation d’autres… Parce que, si j’aime le football et le rugby, ça ne m’empêche pas d’être curieuse et de m’intéresser à d’autres sports. Mais on est encore loin de la parité entre le ballon rond et l’haltérophilie par exemple. Et oui, ce sport plutôt balèze ne fait pas le poids face au mastodonte de la planète foot. Et pourtant, chers jurés, mon client a de sacrés arguments.

 

D’abord, et ce n’est pas rien, l’haltérophilie sera à l’honneur du 5 au 13 novembre avec les championnats du monde, à Paris. Rien que ça. Et je peux parier que beaucoup d’entre vous ne le savaient même pas. Si c’était les mondiaux de foot, on en aurait entendu parler depuis des mois. Dommage donc pour mon client de passer totalement inaperçu. On attend pourtant plus de 600 athlètes dans 15 catégories de poids pour le dernier RDV avant les JO. Et la France sera bien représentée par 5 femmes et 9 messieurs dont Benjamin Hennequin, le médaillé de bronze des derniers championnats d’Europe.

 

Et puis, pour défendre mon client, sachez que ces sportifs atypiques ne le sont pas tant que ça. Même si leur tour de cuisse vaut presque mon tour de taille et qu’ils ont une détente sèche de plus d’1 mètre, au final, ils sont comme nous. Pas acharnés d’effort long, ils ne mangent pas des poulets entiers à chaque repas et peuvent, comme Benjamin Hennequin, être nul au bras de fer.

 

Chers jurés, laissez-vous donc tenter par l’expérience haltérophilie, histoire de rendre justice à ce sport trop peu connu. Quand des sportifs sont prêts à soulever des montagnes pour nous, spectateurs, on ne peut que dire un grand OUI.


Commenter cet article