Publié par MariKo

La fin du mois d'avril est proche. Bientôt, nous allons pouvoir faire ce qu'il nous plaît...

 

Lézarder au soleil ? Faire du vélo ? Faire des châteaux de sable ? Piquer une tête dans l'océan ? Se balader en forêt ? Courir nu(e) sur la plage ? (!!!)

 

Et si on commençait par terminer le mois d'avril en douceur ?

 

Une seule solution : écouter le billet diffusé ce matin-même (samedi 21 avril) sur les ondes de Gold FM Bordeaux.

 

Bonne écoute et bonne lecture.


 

Bonjour Julien, bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous invite à vivre une expérience un peu spéciale, mais qui, j’en suis sûre, ravira les nostalgiques des années AB productions, Club Dorothée et autres séries qui ont bercé, peut-être pas notre enfance, mais au moins notre douce jeunesse.

En effet, cela m’est apparu comme une évidence, mais le sport, c’est comme les séries TV.

Du point de vue des chaînes d’abord, il est de notoriété publique que certains sports, comme certaines séries, sont des rendez-vous immanquables pour de nombreux adeptes. Ce qui assure donc à ces fameuses chaînes de très bonnes audiences. Et ça, ça fait plaisir au patron. Mais, pour aller un peu plus loin, j’ai remarqué des similitudes aussi entre nos sportifs sur le terrain et nos héros télévisés. Quand les sportifs s’inspirent de la télé, voilà ce que ça donne.

Il y a bien sûr les inimitables « Olive et Tom » en foot et les inséparables  « Jeanne et Serge » qui ont eu un coup de foudre au match de volley-ball.


Olive et Tom

 

Jeanne et Serge

 

Ces mangas ont fait naître plus d’une vocation de sportifs chez les petits garçons (et chez certaines petites filles aussi d’ailleurs). Plus récemment, on a vu Tony Parker faire des infidélités, pas seulement à Eva Longoria (ça, c’est de l’histoire ancienne…) mais à la TP family car c’est avec sa team Bask’up qu’il est arrivé sur M6.

Car en sport, l’équipe et l’esprit qui va avec sont très importants. Tout comme il l’était à l’époque du Club Dorothée. Si on y regarde de plus près, on s’aperçoit assez rapidement, en effet, que toutes les séries nous racontaient l’histoire d’une équipe : prenez par exemple, Hélène et ses garçons, le miel et les abeilles, les filles d’à côté… Bref, on pouvait suivre les aventures de ces équipes sur le petit écran. Le but n’était pas de savoir qui allait décrocher le titre de Ligue 1 ou remporter le Top 14, mais les peines de cœur de nos héros réussissaient à nous tenir en haleine. Encore un point commun avec le sport…

Autre similitude et non des moindres : dans les séries, comme en sport, il arrive que nos champions et héros soient affublés de surnoms, parfois ridicules… L’exemple le plus flagrant concerne les fameux musclés de Dorothée.

 

musclés

 

Il faut bien le dire, c’est franchement ridicule et seconde degré… surtout quand on voit qui sont les musclés… Côté sport, ce sont les handballeurs français qui ont hérité de surnoms improbables. Alors, même s’ils auraient mieux porté le nom de musclés que leurs homologues télévisés, ils n’ont pas été épargnés non plus, passant de bronzés, barjots, costauds à experts. Ils restent donc les champions incontestés dans cette catégorie…

 

handballeurs

 

Enfin, plus récemment, c’est le navigateur Eric Peron qui a trouvé le filon pour faire parler de lui. Et devinez la technique qu’il a utilisée ? Parodier une série télé, la plus célèbre d’entre toutes en ce moment : c'est-à-dire « BREF », la série de Canal. En moins de temps qu’il faut pour le dire, le navigateur se met en scène pour attirer l’attention et, surtout, trouver des sponsors… L’idée est intéressante, mais un peu risquée. Finalement, le résultat est plutôt pas mal et, à défaut de lui trouver des sponsors, il le rend sympathique.

 

peron

 

 

 

 

Bref, les sportifs et les héros de série télé ont encore de beaux jours devant eux… et nous devant la télé ! Bonne semaine à tous et à samedi prochain.

 

Petit bonus (juste pour le plaisir...)

 

 

Commenter cet article