Publié par MariKo

Du foot... Encore et toujours... mais pas seulement !

 

Voici ce que vous avez pu entendre sur les ondes de Gold FM Bordeaux...

 

Bonne écoute, bonne lecture et bon week-end !

 

 

Bonjour Julien, bonjour à tous,

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler en espagnol. Si senior, paëlla, caramba et aribariba ! C’est tellement cliché, c’est vrai. Après tout, l’Espagne, c’est aussi Gaudi, Picasso, mais surtout la Liga, mama mia !

Pendant qu’en France, le trio de tête en Ligue 1 a mis du temps, oserais-je dire à pris son temps, pour se départager, nos amis espagnols, eux, ont déjà, depuis longtemps, leur number one. Ou plutôt leur numero uno… C’est le Real qui a soufflé le titre au Barça. Le fameux Barça de Pep Guardiola…

 

Pep

 

Ah, Pep Guardiola. Entre lui et le Barça, c’est une longue histoire. Une belle histoire que j’ai suivie assidument sur mon petit écran. Alors, patatra, je suis au fond du trou. Et oui, c’est Pep la cause de ma nostalgie hispanique. Lui, la cause de mon envie d’écouter Julio Iglesias en boucle. Oui, ça aussi, c’est cliché, je sais.

Bref, vous l’aurez compris, je suis nostalgique et surtout très triste depuis que j’ai appris que le grand Pep, de son vrai nom Josep Sala Guardiola, a décidé de se retirer un peu du monde du foot et donc de quitter le Barça… D’abord, parce que partir sur un relatif échec, c’est toujours dommage. Surtout quand on connaît le palmarès de senior Guardiola : 6 fois champion d’Espagne, vainqueur de la Ligue des champions et médaillé d’or aux J.O de 1992 en tant que joueur, son tableau de chasse d’entraîneur n’est pas mal non plus : Ligue des champions, coupe d’Espagne, championnat, Supercoupe UEFA, coupe du monde des clubs… etc, etc… Alors, après son départ, qui va s’occuper du Camp Nou ? Qui sera à la hauteur de ce monument pour diriger les petits Messi ?

 

banderole PEP

Bel hommage des supporters du Barça...

 

Après tout, son choix est respectable. Tout gagner, ça peut devenir grisant… Surtout quand on commence à perdre. Alors, que va-t-il devenir ? Est-il possible de survivre en dehors du foot ? Peut-être suivra-t-il l’exemple d’autres entraîneurs célèbres…

Mais surtout, Pep, un petit conseil : ne fais pas comme Raymond Domenech. Sinon, tu vas terminer avec une jolie femme, certes, mais surtout tu vas finir coach dans une pseudo émission sur l’équivalent de France 3 Espagne… et ça, c’est parfois pire que de laisser filer la 1ère place de la prestigieuse Liga.

Personnellement, je vois bien Pep Guardiola devenir mannequin pour un grand créateur. Par exemple, pour Dior, à la place de Jude Law, qui, grâce à ça, aura plus de temps pour tourner des films… Ou alors, dans un autre genre, plus sérieux, je le verrais bien président de la République. Il est classe, jeune. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir une bonne expérience des affaires étrangères (faut-il rappeler qu’il a remporté de nombreuses compétitions internationales). Bref, c’est LE candidat idéal. Dommage que la France soit partie pour 5 ans avec M. Hollande.

De toute façon, je ne me risque pas sur le terrain de la politique. On nous en a suffisamment parlé. En long, en large et en travers. J’espère simplement que Pep Guardiola ne prendra pas un quinquennat… de repos !

En attendant, on se retrouve la semaine prochaine. Adios les amigos.

Commenter cet article