Publié par MariKo

Flashback..... Mercredi 21 septembre sur les ondes de Gold FM Bordeaux...

 

Bonjour Julien, bonjour à tous !

 

Hier soir, au moment de préparer cette chronique, j’ai reçu un mail. Et pas n’importe lequel. Le genre de mail qui vous fait réfléchir, cogiter, gamberger, méditer… bref, au final, j’ai passé la soirée à me poser des questions. Sur moi, sur le bien, le mal, les valeurs, l’éducation… et puis la phase de réflexion a fait place à la phase de culpabilité. Culpabilité de n’avoir toujours pas écrit ma chronique d’abord, mais aussi de n’être peut-être pas assez engagée.

 

Car, dans ce fameux mail, un bureau de presse bien avisé m’envoyait un communiqué de presse consacré à Joe Kals. Si son nom ne vous dit rien pour le moment, c’est normal. Mais pourtant, cet homme mérite d’être connu et reconnu. En effet, paraplégique depuis 30 ans suite à un accident de moto, il s’est lancé un défi un peu fou : traverser la France du Nord au Sud, soit 1325 km, à la force de ses bras ! On pourrait y voir un challenge personnel, ce qui est sûrement le cas, mais s’il le fait, c’est aussi pour récolter des fonds au profit de la recherche médicale sur la moelle épinière. Dans un premier temps, cette démarche m’a touchée. Qui ne le serait pas d’ailleurs… Autant de courage, pour défendre une cause et faire avancer un peu la recherche, ce n’est que louable. Mais, ensuite, j’ai été prise de remords. Oui, pourquoi lui donne-t-il de sa personne alors que beaucoup d’entre nous ne faisons rien ? On peut se dire que trop de sollicitations nous empêchent de nous décider pour une cause. Que, nous aussi, on a des soucis. Mais il n’en reste pas moins que la prise de conscience de mon non-engagement pour quelque cause que ce soit m’a fichue un coup. Heureusement, après quelques minutes d’auto flagellation (pas pour de vrai, rassurez-vous), j’ai retrouvé le sourire car je peux le dire haut et fort : j’apporte aussi ma pierre à l’édifice, à ma manière, et presque sans en avoir conscience.

 

Cet engagement passe par ma participation à certaines courses dont les bénéfices vont à des œuvres caritatives. Par exemple, j’ai couru les 8 éditions de la Bordelaise, la course de toutes les femmes, qui parraine chaque année une association. D’ailleurs, dimanche 25 septembre, pour la 9ème édition, ce sera l’Association venant en aide aux Familles d’Enfants Handicapés qui sera à l’honneur. Et j’y serai et je ne serai sûrement pas toute seule. Encore une fois, nous serons quelques milliers à apporter, à notre manière, notre petite contribution. Et puis, pour celles qui voudraient aussi s’engager, mais qui ont laissé leurs baskets au placard pendant tout l’été : session de rattrapage avec la course du ruban rose le dimanche 23 octobre. Cette fois, c’est au profit de la prévention et du dépistage du cancer du sein qu’il faudra courir. Et puis, parties sur notre lancée, on pourra aussi s’inscrire au marathon Arles Alpilles en avril prochain. C’est loin d’accord, mais pas tant que ça si on veut s’entraîner un peu. Au programme 42 kms à courir seul ou en relais par équipe. L’idée est plutôt séduisante et le parcours promet d’être agréable entre garrigue et pinèdes de Provence. Et pour rester dans le thème du jour : l’intégralité des fonds récoltés sera reversée à la Ligue contre le Cancer.

 

Voilà comment, en l’espace d’une soirée, j’ai découvert la coureuse engagée bien dans ses baskets qui sommeillait en moi. Il ne me reste plus qu’à participer à Fort Boyard et j’aurai atteint le but ultime.

 

Allez, c’est pas tout, mais il faut que je m’entraîne… Je vous laisse donc et vous retrouve la semaine prochaine.

Commenter cet article