Publié par MariKo

Une pause s'impose. Have a break... have a... Billet de Mariko ! Mieux qu'une barre chocolatée, prenez quelques minutes pour plonger dans l'univers des sportifs vu par une sportive (!!!)...

 

Le billet que voici a été diffusé le mercredi 12 octobre sur Gold FM Bordeaux.

 

Bonne lecture !

 

Bonjour Julien, bonjour à tous,

 

Aujourd’hui, sans raison particulière, j’ai envie de rendre hommage à nos amis sportifs. Oui, ces hommes et ces femmes qui, par leurs prouesses, nous font vivre des moments de joie et de bonheur parfois, des moments de stress aussi et quelque fois des instants de grandes déceptions (mais bon ça, je vais éviter d’en parler, le but étant ce matin de rester po-si-tif).

 

Alors, pourquoi vouloir leur rendre hommage, là, maintenant ? Et bien peut-être parce que ces champions, ces sportifs que certains voient comme leurs héros, ont montré leurs faiblesses. Et oui, depuis quelques semaines, j’ai pu constater qu’une véritable hécatombe s’était abattue sur le monde du sport de haut niveau.

 

Je vous en parlais la semaine dernière : l’une des victimes principales de cette hécatombe est Jonah Lomu, le héros néo-zélandais qui, en un tour de rein, est passé du statut de Dieu du Stade à celui de colosse aux pieds d’argile. Mais, dans une autre mesure, bien entendu, d’autres sportifs ont montré des signes de faiblesse. Si l’on devait monter un club des éclopés, on pourrait y inscrire tout de suite :

- Jonny… pas Hallyday, même s’il a lui aussi eu quelques pépins de santé. On s’en souvient. Non, celui qui m’intéresse ici, c’est Jonny Wilkinson, l’ouvreur du XV britannique. Il s’est blessé à l’épaule lors de son dernier match contre l’Ecosse. Même si, au final, son état était loin d’être préoccupant. Lui permettant même de participer à la belle défaite face aux Bleus samedi dernier.

- Autre potentiel adhérent du club : Dan Carter, la star néo-zélandaise. Encore un rugbyman, me direz-vous. A croire que ce sport laisse des traces. Lui, c’est aux ischio-jambiers qu’il s’est blessé et il n’a pas fait semblant. Une bonne déchirure et stop, c’est la fin de la Coupe du Monde pour lui. Dans le genre « mauvaise nouvelle », on ne fait pas mieux.

- On continue la liste avec Richard Gasquet et Gaël Monfils. Le 1er souffre d’une douleur au coude qui l’empêche de continuer sa tournée asiatique. Le second, lui, a dû abandonner suite à une inflammation du genou. Il faut dire qu’après près de 9 mois de compétitions, il y a de quoi tirer la langue.

- Et puis, dans ce club, on pourrait aussi y trouver un noyau dur formé par… les footballeurs de l’équipe de France. Parce qu’en ce moment, ils n’ont pas été épargnés. Je savais que certaines maladies étaient contagieuses (la gastro, la varicelle… et plus récemment la grippe A ou encore le chikungunya), mais je ne pensais pas que le syndrome des blessures l’était. Et le 11 tricolore en a fait les frais (comme s’ils avaient besoin de ça). Parmi les victimes, on a pu compter notamment Benzema, Ribéry, Sagna, Matuidi et Gameiro…

 

On pourrait rajouter encore de nombreux sportifs à cette liste déjà longue. Mais ce qui importe surtout, c’est de se demander pourquoi il y a autant de blessés d’un coup. Les sportifs sont-ils, comme nous, sensibles au changement de saison ? Oui, c’est prouvé scientifiquement, en automne, on est toujours moins performants. Alors pourquoi pas eux aussi après tout.

 

Je leur prescris donc une bonne cure de vitamines pour se remettre sur pieds car la saison est encore longue et promet d’être riche en événements et en douleurs musculaires. Mais la morale de l’histoire est plutôt chouette. En effet, maintenant, quand je rentre de mon footing et que j’ai mal aux jambes. Je relativise. La douleur n’est rien. Ma douleur n’est rien… comparée à celle endurée par nos champions. C’est ce qu’on appelle aussi la méthode Coué.

 

Je vous laisse méditer là-dessus et je reviens… la semaine prochaine !


Commenter cet article