Publié par MariKo

Alors que l’été se termine, c’est une bien étrange rentrée que s’apprêtent à vivre l’Espagne et les Etats-Unis. Il ne s’agit pas de politique, ni même de crise financière à proprement parler. Ces deux pays sont tout simplement touchés par des grèves. Si ces grèves ne sont pas rares en France (et la rentrée est d’ailleurs un moment propice pour mettre la pression sur le gouvernement), celles qui touchent nos voisins espagnols et amis américains sont pour le moins atypiques car elles concernent le sport.

 

En Espagne, c’est le milieu du ballon rond qui va mal. En effet, la 1ère journée de la Liga (le championnat espagnol) qui devait avoir lieu les 20 et 21 août derniers a été reportée suite à des désaccords entre les représentants des joueurs professionnels et la Ligue de football professionnelle. Quand on sait combien rapporte une journée de championnat, il y a fort à parier que les Espagnols voient rouge…

 

liga-espagne

Sur le papier, ça fait rêver...

 

Depuis, les acteurs majeurs du football ont tenté de trouver un terrain d’entente pour sauver la 2ème journée prévue les 27 et 28 août. Mais la situation ne semble pas avoir trouvé d’issue. Il faut dire que le fond du problème est grave. Les joueurs et leurs représentants demandent en effet une nouvelle convention collective où serait revu le fonctionnement des rémunérations pour les mettre à l’abri des mauvaises surprises si un club est mis en faillite ou dépose le bilan et ne peut pas les payer. On peut les comprendre…

 

la-liga-bientot-en-greve 22735 w250

 

Quoiqu’il en soit, les deux premières journées semblent perdues. Il reste que, même si le litige est résolu, il faudra bien jouer ces deux journées. Et ça, c’est une autre histoire…

 

Edit de 17h24 : la grève est levée en Espagne. Mais c'est en Italie désormais que le championnat est paralysé. En effet, les joueurs de série A en Italie, boostés par la victoire de leurs voisins espagnols, se sont mis en grève... Effet boule de neige ?

 

De l’autre côté de l’Atlantique, c’est une histoire similaire qui s’écrit. Qui n’a jamais rêvé devant les joueurs de NBA et le show à l’américaine qu’ils proposent ? Ces mêmes joueurs se retrouvent pourtant au « chômage technique » alors que la NBA connaît le deuxième lock-out de son histoire (en 1999, la NBA avait connu le même type de phénomène).

 

stern-nba

David Stern, le boss de la NBA, a la tête des mauvais jours

 

Ce terme barbare désigne en fait la fermeture d'une entreprise, décidée par la direction, pour répondre à une menace de grève. En l'occurrence, en NBA, le sujet de discorde est dû à des désaccords financiers entre les propriétaires et les joueurs. Plus encore qu’en Europe, le basket aux Etats-Unis est une véritable industrie. Et quand il s’agit de gros sous, il est toujours difficile d’imaginer l’issue au problème. Et ce problème est pourtant simple sur le papier : les équipes dépensent trop. En effet, à force de signer des contrats à plusieurs chiffres et de longue durée avec certains joueurs, la majorité des équipes perdraient de l’argent. Une situation que ne peuvent accepter les propriétaires. Même si les joueurs semblent prêts à faire certaines concessions, ils restent attachés à conserver certains acquis. Où trouver une solution pour ne pas briser l’enthousiasme des fans de basket ? Les joueurs vont-ils devoir mettre la main au panier pour désamorcer une situation délicate ? Quoiqu’il arrive, cette saison est d’ors et déjà éclaboussée par toute cette affaire et de nombreux joueurs ont plié bagages direction l’Europe. Nicolas Batum a rejoint le club de Nancy. Au moins provisoirement, en attendant la reprise de la NBA… et Tony Parker pourrait venir en France également, sur les bancs de l’ASVEL…

 

nicolas-batum-vs-finlande.1252277462

Nicolas Batum va revêtir les couleurs de Nancy...

 

nba-tony-parker-joueur-de-la-semaine-211731

... pendant que TP pourrait bien rejoindre Villeurbanne.

 

Quand histoire de gros sous et sport ne font pas bon ménage, c’est le public qui est privé de beau jeu. Croisons les doigts pour que la situation s’éclaircisse en Espagne et aux Etats-Unis. Pour la beauté du jeu…

Commenter cet article