Publié par MariKo

Vous croyez aux coïncidences, vous ? Parce que nous, pas spécialement mais aujourd’hui nous avons dû constater que parfois les coïncidences pouvaient arriver.

Alors, pour comprendre notre argumentation, une fois n’est pas coutume, nous allons vous parler de nous… Oui, nous, votre humble petite plume qui cherche la petite bête et vous fait (parfois ?) sourire…

 

Au programme de notre journée, l’achat de l’objet de nos rêves : une Vespa ! A nous la Dolce Vita et tout ce qui va avec. Des images de films réalisés par les génies italiens nous reviennent en tête, la musique associée aussi, la chaleur et l’atmosphère de cette Italie qu’on connaît mal prend place dans la pièce tout autour de nous… Bref, nous sommes en Italie !

Ne parlant pas un mot d’italien (excepté peut-être la fameuse insulte entendue maintes fois au stade…), l’immersion s’arrête là. Jusqu’à ce que l’écran de la télé attire notre attention sur LE match de la journée à Roland Garros, la finale dames. Oh, une Italienne rentre sur le court ! Oh, et si elle gagnait ? Un peu plus d’une heure de match plus tard, c’est bien elle qui soulève le trophée ! C’est bien l’hymne italien qui retentit sur le court ! A ce moment précis, nous sommes reparties en Italie et la main sur le cœur, on bafouille les paroles de l’hymne italien avec le sourire aux lèvres. On chante faux, on invente des paroles (et des mots par la même occasion), mais on partage le bonheur de Francesca Schiavone… A 29 ans, elle devient la première italienne à remporter un tournoi du grand chelem et rentre ainsi dans l’histoire, avec beaucoup de spontanéité et d’humilité.

 

On vous souhaite tout le bonheur du monde

 

La boucle est bouclée, la journée se termine et le retour en France est un peu difficile… Vivement demain qu’on remonte sur notre Vespa pour repartir illico en Italie.

 

Message personnel aux footballeurs italiens, pourriez-vous prendre exemple sur Francesca et être moins arrogants sur le terrain ? A bon entendeur…

 

Commenter cet article